Parcours de Romain

18 février 2016

C'est avec fierté que nous partageons ce jour avec vous le parcours de l’un de nos jeunes membres investis de l’AéroClub Clément Ader.
Thierry, notre chef pilote, a toujours été présent dans la formation de R. . Il a une fois de plus répondu présent en incarnant son parrain lors de la cérémonie durant laquelle il lui a remis ses ailes de Parachutiste militaire.
R. , au nom de l’AéroClub Clément Ader, nous souhaitons te féliciter pour cette nouvelle étape.

" Mes résultats en école m'ont permis de choisir un beau régiment. C'est à Tarbes que je vais poser mes valises. Au 1er régiment de Hussards Parachutistes. Unique régiment parachutiste de la cavalerie.
Je suis très heureux car je vais pouvoir continuer à m'épanouir dans ma passion, en continuant à découvrir le parachutisme.
C'est donc fraîchement "galonné" Maréchal des logis que j'ai pris la direction de Pau, à l'ETAP. L' Ecole des Troupes Aéroportées, maison mère des Parachutistes.
Ici j'y apprends le savoir faire mais surtout le savoir être. Car le para est avant tout beau, sportif, musclé et propre dans son travail. Bref, une sorte de statue grecque du militaire.
Je préfère prendre du recul.
Nous avons quatre jours d'instruction au sol et deux jours pour sauter par semaine.

Jour-J.

Premier saut militaire. C'est le coeur battant que j'embarque par la rampe arrière.
Je lève ma main gauche qui protège mon parachute ventral, le largueur m'inspecte.
La rampe arrière se ferme, nous laissant dans la pénombre et les effluves de kérosène. Le pilote roule, curieux je suis la séquence par le hublot. Une fois aligné sur la piste je me reconcentre sur la soute ou je répète une dernière fois les gestes à effectuer. On échange quelques sourires avec les camarades. Décollage.
Après 5 min de vol la lumière rouge brille.

DEBOUT !

Je me lève difficilement à cause du matériel, des corrections du pilote et de la petitesse de la soute du petit avion de transport. Je répète instinctivement les gestes que m'ont appris les moniteurs. Les largueurs passent entre les deux rangées de paras pour nous inspecter une derniere fois.

2 minutes !

Le chef largeur tend ses deux doigts en l'air pour nous indiquer qu'on approche de la zone de saut.

1 minutes !

10 secondes.

Le largueur place le premier para en position à la porte.

LUMIÈRE VERTE.

La sonnerie retentit dans la soute. Ma rangée s'ébranle dans la soirée au rythme des go du largueur.
C'est à moi, je tends ma sangle au largueur, elle libérera mon parachute 100 mètres plus bas.
Je me dis dans ma tête: "Tiens je parts faire un tour".
Un dernier mouvement de jambes me place face à la porte. Je sens l'air frais, j'entends les moteurs qui grondent à quelques mètres. D'une tape sèche et bienveillante le largueur me donne l'autorisation de quitter l'avion. J'envoie avec force ma jambe pour sauter au plus loin. Je compte dans ma tête 331, 332, 333. Ma voile claque puis s'épanouie au dessus de moi. Place au monde du silence. Il faut déjà redescendre...

L'aventure continue ! "

Romain2

Romain3

Romain1

 

Romain4